http://cafes.thucydide.com


Cafés Thucydide

Robespierre. La fabrication d’un monstre

Robespierre, Café Histoire, Jean-Clément Martin, Histoire Robespierre


Café Histoire sur RobespierreEt si Robespierre n’était ni un monstre sanguinaire ni un révolutionnaire idéal ?
En prenant le parti de retracer sa vie en le comparant avec ses pairs et ses rivaux, Robespierre a partagé avec beaucoup d’entre eux une enfance difficile, une adolescence studieuse et une réussite sociale, mondaine et littéraire précoce. Il a été mêlé aux luttes politiques rapidement, a joui d’une popularité indéniable, mais sans pouvoir s’imposer et n’a accédé que tardivement à des responsabilités. Lorsqu’enfin, il affirme une ligne politique et qu’il apparaît comme le chef de file d’un groupe capable de prendre le pouvoir, ses adversaires le discréditent et l’abattent. Et c’est après sa mort qu’ils le présentent comme un tyran, un terroriste et un doctrinaire, imposant cette image que nous discutons depuis deux siècles. Si la vie de l’homme-Robespierre est brutalement interrompue en juillet 1794, celle du personnage-Robespierre se prolonge et se façonne jusqu’en 1795, donnant ainsi les limites de l’étude.

A l’occasion de la publication de son ouvrage Robespierre. La fabrication d’un monstre , l’association Thucydide a invité Jean-Clément MARTIN pour venir nous présenter cette nouvelle biographie de Robespierre dont "la valeur et l’originalité est le refus revendiqué de toute approche psychologisante, de tout affect et de tout sensationnalisme".


Présentation de l’ouvrage :

"Le parti pris de cette nouvelle biographie de Robespierre – qui fait sa valeur et son originalité – est le refus revendiqué de toute approche psychologisante, de tout affect et de tout sensationnalisme. Nous voyons ainsi évoluer l’homme parmi ses pairs et ses rivaux, dont beaucoup ont partagé avec lui les mêmes expériences : une enfance difficile, une adolescence studieuse et une réussite sociale, mondaine et littéraire précoce. A travers ses multiples et successives prises de position politiques, y compris celles qui paraissent mineures, on comprend qu’il s’exprime en réponse aux Danton, Marat, Pétion, Saint-Just, Fabre d’Eglantine, Camille Desmoulins, Hébert, Collot d’Herbois, dans un jeu de bascule permanent, sans pouvoir exercer une quelconque magistrature suprême. Lorsqu’il paraît enfin pouvoir y accéder, il est condamné hors la loi par ses collègues, le 9 thermidor 1794.
Chacun le sait, aucune artère parisienne ne porte le nom de Robespierre, passé à la postérité comme l’archétype du monstre. Sans l’absoudre de rien, sans l’accabler non plus, Jean-Clément Martin explique que cette réputation a été fabriquée par les thermidoriens qui, après l’avoir abattu, voulurent se dédouaner de leur recours à la violence d’Etat : les 10 et 11 thermidor, qui voient l’exécution de Robespierre, de Couthon, de Saint-Just et de près de cent autres, servent en réalité à dénoncer « l’Incorruptible » comme le seul responsable de la « Terreur ». Cette accusation a réécrit l’histoire de la Révolution et s’impose encore à nous. En historien, l’auteur démonte les mythes et la légende noire pour retrouver l’homme. Une démonstration sans faille et un livre à l’image de Robespierre : éminemment politique."

L’intervenant : Jean-Clément MARTIN, professeur émérite de l’université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, ancien directeur de l’Institut d’histoire de la Révolution française, a notamment publié la Nouvelle histoire de la Révolution française et le Dictionnaire de la Contre-Révolution chez Perrin, La Guerre de Vendée et La Machine à fantasmes.

ADRESSE DES CAFÉS HISTOIRE : Le Balbuzard, 54 rue René Boulanger 75010 Paris

Le Balbuzard Café : Cafés Histoire de l'association Thucydide
Affiche Robespierre. La fabrication d'un monstre

 © Cafés Thucydide