http://cafes.thucydide.com


Cafés Thucydide

Tristes Grossesses – L’affaire des époux Bac (1953-1956)

Contraception, planning familial, Café Histoire, Tristes Grossesses, Époux Bac (1953-1956)

Vers la légalisation de la contraception


À l’occasion de la sortie, en janvier 2019, de l’ouvrage Tristes Grossesses. L’affaire des époux Bac (1953-1956), l’association Thucydide organise un Café Histoire avec ses auteures afin de revenir sur une étape méconnue de l’histoire de la contraception et du planning familial en France.

La légalisation de la contraception a été la grande révolution de l’histoire des femmes.
L’affaire des époux Bac en a été une étape décisive parce que des femmes s’en sont emparées pour ouvrir une brèche et libérer la parole d’autres femmes.

Ginette et Claude Bac comparaissent devant les assises de la Seine le 4 juin 1954. Ils sont accusés d’avoir laissé mourir, faute de soins, leur fillette de huit mois, leur quatrième enfant en l’espace de quatre ans. C’est, pour la mère, l’épisode final d’une suite de profondes dépressions post-natales.

Les époux sont condamnés à sept ans de réclusion. Grâce aux efforts de leur jeune avocate, le procès est cassé pour vice de forme et renvoyé devant les assises de Versailles, où la gynécologue Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé vient témoigner en leur faveur. Convaincue qu’il faut légaliser la contraception, elle plaide pour la cause de toutes les femmes en même temps que pour celles des familles. Son intervention déclenche la première campagne de presse contre la loi de 1920, qui réprimait l’avortement et criminalisait la propagande anti-conceptionnelle.

Pour émouvoir, susciter l’adhésion, faire comprendre, il fallait une histoire capable de bouleverser l’opinion et la rendre accessible à l’enjeu qu’est le contrôle des naissances. Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé a brisé un tabou et ouvert une brèche qui libère la parole des femmes et met au jour leurs souffrances.

Vers la légalisation de la contraception
Le 7 juillet 1955, la peine des époux Bac est ramenée à deux années de prison. Parce qu’elles étaient couvertes par la durée de la détention, ils sont libérés. Quelques mois plus tard, Marie-Andrée Lagroua Weill-Hallé crée la Maternité heureuse qui deviendra le Mouvement pour le planning familial. Le débat public est ouvert : il ne se refermera plus.

En 1967, la loi Neuwirth sera enfin votée : véritable révolution dans l’histoire des femmes.

Affiche Tristes Grossesses – L'affaire des époux Bac

———————————————————————————————
Informations pratiques

———————————————————————————————

Les intervenantes

Danièle VOLDMAN est Directrice de recherche émérite au CNRS. Agrégée d’histoire, titulaire d’une maîtrise d’urbanisme, Danièle Voldman a soutenu sa thèse de doctorat d’État sur la reconstruction des villes françaises après la Seconde Guerre mondiale en 1995. Depuis, tout en restant spécialisée en histoire urbaine, ses champs de recherche se sont diversifiés, pour se spécialiser, entre autres, sur les conséquences des deux guerres mondiales du 20e siècle dans les rapports de genre en France et en Europe et enfin sur la question du genre en général. Après avoir fait partie de l’équipe de l’Institut d’histoire du temps présent (CNRS), Danièle Voldman a rejoint le Centre d’Histoire Sociale du XXe siècle en avril 2005. Elle en a été la directrice adjointe d’octobre 2006 à décembre 2009.

Annette WIEVIORKA, historienne, spécialiste de la Shoah et de l’histoire des Juifs au XXe siècle est directrice de recherches émérites au CNRS. Agrégée et Docteure en histoire, elle a été membre de la Mission d’étude sur la spoliation des Juifs de France dite Mission Mattéoli (1997-2000) créée après le discours de Jacques Chirac reconnaissant la responsabilité de l’État français dans la déportation des juifs de France. Annette Wieviorka est l’auteure de nombreuses publications sur la Shoah, et de « 14 récits d’Auschwitz », série documentaire réalisée par Caroline Roule en 2005.

Voir les bibliographies des intervenantes sur le site des Cafés Théma >>>

 © Cafés Thucydide