cafés médias | cafés Histoire | contenu | recherche |aide | contact

Cafés Thucydide Les cafés à thèmes de l'association Thucydide




Cafés Histoire

Spartacus



  • Date : mardi 9 février 2016
  • Horaires : de 20:00 à 21:30
  • Lieu :

    Bistrot Saint-Antoine

    58 rue du Faubourg-Saint-Antoine 75012 Paris.
    - Métro : Stations Bastille (lignes 1, 5, 8) et Ledru-Rollin (ligne 8)
    - Bus : Lignes 76 et 86, arrêt « La boule blanche »

A l’occasion de la sortie de son ouvrage sur Spartacus, l’historien de l’armée romaine Yann LE BOHEC nous a fait l’honneur de venir évoquer l’histoire de ce gladiateur qui défia les légions romaines.


VIDEO en bas de page


Spartacus, gladiateur, chef de guerre et la révolte des esclavesÀ l’heure actuelle, on compte trois Spartacus différents.

  • Les marxistes ont essayé de voir comment le personnage entre dans leur cadre idéologique (et ce n’est pas facile : ils sont très divisés sur la question).
  • Les libéraux ont chanté l’esclave qui s’est révolté pour la liberté, valeur universelle.
  • Et les cinéastes américains ont montré un héros sans peur et sans reproches, et finalement un héros malheureux.

Le vrai Spartacus est assurément difficile à étudier ; et c’est même là mission impossible si l’on part avec des préjugés. Mais il y a plus gênant : obsédés par leurs préjugés, les historiens n’ont pas fait leur métier, qui est de dire qui a fait quoi et quand. Ils en oublient donc l’essentiel et leurs portraits sont soit faux, soit incomplets.
Si l’on veut essayer de décrire un vrai Spartacus (« essayer » car il faut être modeste), on rencontre très vite des absurdités. Il aurait été un bon commandant d’armée parce qu’il avait d’abord servi dans l’armée romaine, puis qu’il était devenu brigand et gladiateur. Déserteur et bandit : en droit romain, cela fait deux motifs de mise à mort ; s’il avait été capturé, il aurait été exécuté immédiatement et il ne serait jamais devenu gladiateur. De plus, soldat et gladiateur : ces deux fonctions n’ont jamais fait un stratège. D’autres sources, plus sérieuses que Florus, mais toutes négligées sans doute parce qu’elles sont moins romantiques, permettent une reconstitution plus vraisemblable et plus terre-à-terre de la « carrière » du personnage.

Et les esclaves ? Depuis La case de l’oncle Tom et la guerre de Sécession, les humains dignes de ce nom déplorent leur état. Malheureusement pour eux, il n’en était pas de même dans l’Antiquité. Un historien anglo-saxon a écrit un petit livre sur les Pères de l’Église et l’esclavage. Il n’en a trouvé qu’un seul pour dire que ces gens étaient des êtres humains. On verra peut-être avec surprise (mais pourquoi s’en étonner ?) que des esclaves se sont faits les défenseurs d’un ordre social dans lequel ils étaient opprimés.

Quoi qu’il en soit, tout le monde s’accorde sur un point : Spartacus et ses hommes ont vaincu des armées romaines, dont deux étaient aux ordres de consuls. Avec quoi ? Une horde d’esclaves encadrée par quelques gladiateurs ? Non — et c’est là un apport original de ce livre : Spartacus a su créer une vraie armée, avec son équipement, ses unités, ses cadres, etc.

Autre problème qui n’a jamais eu de solution, parce que personne n’en a vraiment cherché : par où les insurgés sont-ils passés ? Pourquoi se sont-ils attardés en Campanie ? Et pourquoi sont-ils allés vers le nord, jusqu’à Modène, pour ensuite retourner vers le sud et gagner Reggio de Calabre ? Quels chemins ont-ils suivi ?

En outre, le livre essaie de répondre à la question : dans quelle mesure Spartacus a-t-il été un chef de guerre ? A-t-il été un grand stratège ? On verra que la réponse impose de rapprocher les qualités du personnage, les mérites de son dernier adversaire et surtout les circonstances.

Au total, on trouvera un nouveau Spartacus, dégagé des images sulpiciennes des uns et des autres, un homme intelligent, courageux, avec une grande élégance de conduite, mais aussi une totale indifférence au problème de l’esclavage et pas la moindre gentillesse, surtout à l’égard des ennemis.

L’intervenant : Yann LE BOHEC, Professeur des universités en Histoire romaine, est spécialiste de l’Afrique romaine, de la Gaule romaine et de l’armée romaine.