cafés médias | cafés Histoire | contenu | recherche |aide | contact

Cafés Thucydide Les cafés à thèmes de l'association Thucydide




Accueil du site > Cafés Médias > 1989-2009 : 20 ans après Timisoara, nos médias sont-ils plus vigilants (...)

Cafés Médias

1989-2009 : 20 ans après Timisoara, nos médias sont-ils plus vigilants ?



  • Date : mardi 15 décembre 2009
  • Horaires : de 20:00 à 21:30
  • Lieu :

    Le Bistrot Saint Antoine

    58, rue du Faubourg St Antoine, 75012 Paris Métros Ledru-Rollin (ligne 8) et Bastille (lignes 1, 5, 8) Bus : lignes 76 et 86 (arrêt "La boule blanche")

  • Intervenant : Radu Portocala , écrivain et journaliste né en 1951 en Roumanie, exilé en 1977. Depuis 1982, Radu Portocala habite en France. Il est l’auteur d’un ouvrage sur la fin des Ceaucescu : L’exécution des Ceaucescu (Larousse, 2009).

    - 1986-1988 : journaliste dans la rédaction roumaine de RFI.
    - 1986-1992 : collaborateur de l’hebdomadaire Le Point.
    - 1988-1989 : correspondant pour la France, la Belgique et la Suisse du service roumain de la radio Voice of America.
    - 1988-1989 : réalisateur d’une émission hebdomadaire consacrée à l’actualité roumaine sur Radio Solidarnosc (Paris).
    - 1989-1990 : collaborateur pour l’actualité roumaine de la chaîne de télévision Antenne 2.
    - 1989-1998 : collaborateur permanent de la revue Lupta, publication en langue roumaine paraissant à Paris.
    - 1990-1992 : collaborateur de la revue d’études politiques Est & Ouest.
    - 1990-1994 : correspondant de l’hebdomadaire indépendant roumain Cuvîntul.
    - 1994-1996 : rédacteur-traducteur à Courrier International.
    - Depuis 1997 : correspondant en France du service roumain de la BBC.
    - 1999–2001 : éditeur de Revers, bulletin d’information pour les Roumains vivant en Occident.

  • Présentation :
    • Décembre 1989 - Roumanie. Avec l’actualité mouvementée de la fin de l’année 1989 et la possibilité de retransmettre les événements en direct, naît le concept d’“Histoire en direct”, l’Histoire qui se déroule en direct sous les yeux des journalistes et des spectateurs. Résultat : manque de recul et d’analyse, dérapages, manipulations, clichés imbéciles font la Une des journaux et l’ouverture des JT... L’information devient spectacle.
    • Août 1990–Février 1991 - Moyen-Orient. La guerre du Golfe, réunissant une coalition de 29 nations contre l’Irak afin de libérer l’émirat du Koweït envahi le 2 août 2009 par les troupes de Saddam Hussein, a été la première guerre de l’histoire vécue “en direct” sur toutes les télévisons de par le monde. Sans distanciation par rapport aux faits relatés, les journalistes, influencés par leur manque de culture sur le monde arabo-musulman et les pressions de leurs rédactions, ont offert au public un délire journalistique jusqu’alors inconnu... Les erreurs de décembre 1989 en Roumanie n’avaient pas servi de leçon...
    • Décembre 1992 - Somalie - Restore hope . Après deux ans de guerre civile en Somalie et la diffusion sur les télévisions du monde entier de la famine touchant les populations civiles, l’ONU autorisait les troupes de plusieurs nations à intervenir afin d’arrêter la guerre. Les ONG allaient enfin pouvoir distribuer équitablement de la nourriture aux civils affamés. Mais l’opération Restore Hope devait devenir un véritable show médiatique et se terminer lamentablement un an après par un retrait précipité des troupes étrangères. Dans la nuit du 8 au 9 décembre 1992, lorsque les troupes onusiennes débarquèrent sur les côtes somaliennes, des centaines de journalistes les attendaient sur les plages. Le débarquement se déroula en direct, à l’heure du JT américain. Mais, à la différence des conflits médiatisés des années précédentes, la plupart des médias en France furent assez critiques sur ce spectacle médiatique d’une rare indécence.

Information livret